Awards and citations:


1997: Le Prix du Champagne Lanson Noble Cuvée Award for investigations into Champagne for the Millennium investment scams

2001: Le Prix Champagne Lanson Ivory Award for investdrinks.org

2011: Vindic d'Or MMXI – 'Meilleur blog anti-1855'

2011: Robert M. Parker, Jnr: ‘This blogger...’:

2012: Born Digital Wine Awards: No Pay No Jay – best investigative wine story

2012: International Wine Challenge – Personality of the Year Award




Monday, 10 October 2016

Fury over ODG demand to hold Touraine 2016 prices



AC Touraine vineyards completely blitzed 
by weedkiller in late March  


Last Thursday I spent the day with Aynard Clermont-Tonnerre, the export manager for Ampelidae. Aynard used to run Le Clos du Porteau in Saint-Georges-sur-Cher. However, in 2009 the business went into administration and then filed for bankruptcy in October 2014. 

Aynard lives in Saint Georges-sur-Cher, so we drove down together to Haut-Poitou. This gave us plenty of time to chat – mainly about wine, of course. 

One topic we discussed was the letter (see below) from Alain Godeau, president of the Organisme de Défense et de Gestion de l’AOC Touraine et ses dénominations. Aynard was furious that the president of the ODG for Touraine was urging growers not to increase their prices despite the very small harvest that many, although not all, Touraine producers are facing in 2016.  Overall the 2016 harvest in the Loire is 32% down on 2015.

This year's very complicated vintage – affected by frost, often a poor flowering, widespread mildew, followed by drought and grapes burnt by the fierce sun – is just the latest in a series of short vintages starting with the April frost of 2012. 

Not only are recent harvest volumes down due to the climatic conditions of 2012-2016 but this is exacerbated by the losses from vines killed every year by Esca. 

Although it would clearly be foolish for Touraine producers to increase their prices dramatically, a modest price increase would surely be reasonable to enable producers here to make not only a decent living but also have sufficient funds to make investments. The current bulk price for Sancerre is around 800€ per hectolitre – very substantially higher than 205€ for Touraine Sauvignon – annexe below.   

If it is true, as Godeau asserts, that Touraine producers are making a good living at current prices, why is it that the use of weedkillers is so shamefully widespread in the Touraine appellations? It is noticeable that in Loire appellations, such as Saumur-Champigny, where producers can sell their wines at higher prices, the use of weedkillers is much less widespread. Blitzing a vineyard with weedkiller is the cheap option; alternative methods of weed control cost more.    
       


Organisme de Défense et de Gestion de l’AOC Touraine et ses dénominations

Noyers sur Cher, le 20 septembre 2016



Cher(e) collègue, 

Suite aux différents épisodes climatiques qui ont frappé le vignoble cette année, la récolte en Touraine s’annonce fragile et inégale sur l’ensemble du territoire.
 Depuis quelques années maintenant, les cours du vrac (cf. en annexe les cours moyens de la campagne 2015/2016), notamment en Sauvignon, sont bons et permettent de rémunérer le travail du vigneron. Cependant, la fluctuation de notre production impacte directement le marché avec des augmentations trop brusques des cours les années de plus faible récolte, impactant la commercialisation en aval, une trop forte augmentation des prix ne pouvant être acceptable par les distributeurs et le consommateur.

Nous avons déjà vécu cette situation en 1991, essayons de ne pas reproduire la même erreur... Il convient donc d’être raisonnable et de ne pas spéculer : une telle stratégie en période de faible disponibilité n’a jamais été bénéfique sur le long terme.

Dans ce contexte, une certaine stabilité des cours par rapport à la campagne qui vient de s’achever est indispensable de manière à ne pas déséquilbrer nos marchés, et ce pour l’ensemble de nos appellations.
 De plus, le Touraine ne se limitant pas au sauvignon, il serait stratégiquement intéressant de raisonner la commercialisation globale des produits du domaine, en ne misant pas tout sur le sauvignon et en maintenant de bons niveaux de rémunaration également pour les autres produits tels que les rouges et rosés, mais également les vins de base mousseux dont les cours augmentent progressivement.

Espèrant vous avoir convaincu de l’importance de la solidarité et du collectif sur notre vignoble, je vous transmets mes salutations et mes encouragements pour ces vendanges.

Le président de l’ODG Touraine Alain Godeau 



1 comment:

Patrice Dupas said...

Je suis vigneron non apporteur de moût, je commercialise l ensemble de notre production, je suis outré de cette lettre du président Godeau qui n'est pas là pour aider les vignerons dans ces périodes difficiles. Il faut bien savoir qu'un vignoble touché par le gel, le mildiou ou la grêle ne fera jamais ses rendements. Donc si le vigneron peut vendre sont moût de sauvignon au delà de 200 euros/lh, cela ne rattrapera jamais la perte de récolte, cela n'aura comment effet de lui donner de la trésorerie pour essayer de survivre. Je me demande si le président n'a pas des intérêts avec certains négociants ^^^
honte à lui
patrice