Awards and citations:


1997: Le Prix du Champagne Lanson Noble Cuvée Award for investigations into Champagne for the Millennium investment scams

2001: Le Prix Champagne Lanson Ivory Award for investdrinks.org

2011: Vindic d'Or MMXI – 'Meilleur blog anti-1855'

2011: Robert M. Parker, Jnr: ‘This blogger...’:

2012: Born Digital Wine Awards: No Pay No Jay – best investigative wine story

2012: International Wine Challenge – Personality of the Year Award




Thursday, 6 December 2018

Muscadet-sur-Chardonnay approved by INAO

Harvesting 100% Melon de Bourgogne
2018 – Domaine Pierre Luneau-Papin



Following pressure from négociants it will now be possible to add up to 10% Chardonnay to the base, generic Muscadet appellation. The zonal Muscadet appellations – Sèvre-et-Maine, Coteaux de la Loire and Côtes de Grandlieu will continue to be pure Melon de Bourgogne. Also for basic Muscadet the requirement to have 6500 vines per hectare has been reduced to 5000.

Declassifying Muscadet Sèvre-et-Maine sur lie to generic Muscadet will now be forbidden after 31st July after the harvest.

We will have to wait and see whether this rule change with the creation of AC Muscadet-sur-Chardonnay will confuse the consumer used to being told that Muscadet is 100% Melon de Bourgogne. DNA has shown that Melon is related to Chardonnay having similar parents. 

Anyone wanting to buy and drink traditional, real Muscadet should henceforth buy the zonal appellations. To be fair they probably already did as the zonal Muscadets are overall the better product, excepting quality domaines outside the three zones.    

From RayonBoissons :
'Le comité national de l’Inao a acté la refonte du cahier des charges des AOP du muscadet. L’une des principales évolutions concerne le système de repli du muscadet-sèvre-et-maine-sur-lie vers le muscadet génériques. Ils seront désormais impossibles au-delà du 31 juillet suivant la récolte. Les professionnels du vignoble veulent ainsi dissocier les deux dénominations.

Le profil des muscadets génériques va également pouvoir évoluer puisque le chardonnay entrent dans leur assemblage en tant que cépage accessoire à hauteur de 10 %. La densité du vignoble a par ailleurs été revue à la baisse de 6500 pieds/ha à 5000 pieds/ha.'

I posted about this controversial proposal to add another grape variety to basic Muscadet back in February 2016 here. I remain unconvinced that this is a sensible move.   

The rumour that the INAO is now considering allowing 10% Melon in Petit-Chablis and even 7.5% of Viognier in Le Montrachet to make it more sexy may be fake news .......

Tuesday, 4 December 2018

Domaine Bel Argus: further details of Ivan Massonnat's new venture in Anjou



The rare butterfly that has inspired the 
name of Ivan Massonnat's new domaine 


Further details have just come through of Ivan Massonnat's exciting new venture in Anjou.

Back in June Massonnat bought Jo Pithon's domaine, which includes the Coteau des Treilles, a steep parcel in the commune of Beaulieu that overlooks the Layon. At the same time Massonnat acquired 10 hectares in the Quarts de Chaume from Laffourcade – giving him a quarter of this Grand Cru. 

Massonnat has now completed his new domaine of 26 hectares with some parcels (3 hectares in total) in Savennières. This includes the Clos des Ruchères, which is next to appellation Roche aux Moines. 

The new estate, to be 100% biodynamic, is to be called Bel Argus after a rare butterfly that is found in the Coteau des Treilles and inspires Jo Pithon's rare cuvée – Belargus des Treilles.

Massonnat has also finalised his team of seven – a blend of youth and experience. Jo Pithon remains involved with Guy Bossard, one of the earliest Loire producers to adopt biodynamics, as a consultant. 24-year-old Adrien Moreau is the winemaker with 27 year-old Geoffroi Cocard as the chef du culture (i/c vineyards) and 29 year-old Amaury Chartier, who will be responsible for looking after the Coteau des Treilles, whose very steep slopes will doubtless keep him fit! 

Jo Pithon's négociant business, Pithon-Paillé, will continue alongside Domaine Bel Argus as a complementary company. 

This promises to be a very exciting project – one which should boost the reputation of Anjou, Chenin Blanc and bring further interest to Loire wines. Jo Pithon's career has had its share of ups and downs. I hope that this new venture will see Jo's now 40 year-old time as a winemaker ending on a high. Certainly the new venture has been lucky with having 2018 as its first vintage.

I look forward to meet Ivan Massonnat in the near future and learning more about Domaine Bel Argus.         


Press release: 4.12.18

'LE DOMAINE « BEL ARGUS » COMPLÈTE SA COLLECTION DE GRANDS 
TERROIRS DE L’ANJOU

Six mois après avoir repris le domaine de Jo Pithon,
Ivan Massonnat s’implante à Savennières et finalise son équipe. 

 



LE PITHON-PAILLE AU DOMAINE « BEL ARGUS »
En acquérant le domaine Pithon-Paillé, Ivan Massonnat a réalisé son reve de passionné, et a posé les fondations d’un grand projet : bâtir un vignoble d’exception sur les plus beaux terroirs de l’Anjou pour y produire de grands Chenins en Biodynamie. 


Ivan Massonnat finalise aujourd’hui le périmètre foncier de son domaine, en s’implantant sur la commune de Savennières : il reprend en fermage un ensemble de vignes à la famille Taillandier et lui rachète un terroir d’exception (le Clos des Ruchères). Il exploitera désormais près de 3 hectares sur cette appellation recherchée. Accolée au Clos, une maison de charme style 1900 sera transformée en lieu d’accueil. Disposant d’une cave sous-terraine (chose rare pour cette région de schistes), cette maison deviendra le lieu d’élevage de toutes les cuvées de Savennières. 


Le nouveau domaine, dorénavant constitué, s’appellera BEL ARGUS, en hommage à la cuvée la plus rare que produisait Jo Pithon (« Belargus des Treilles »). C’est aussi le nom d’un petit papillon bleu très rare à cette latitude, mais présent sur le terroir du Coteau des Treilles, qui a vocation à incarner un message universel : la beauté et la fragilité de la Nature. 


UNE COLLECTION DE GRANDS TERROIRS DE L’ANJOU
Avec cette dernière acquisition, le Domaine Bel Argus atteint sa taille finale de 26 hectares, et s’articule désormais autour de 3 terroirs exceptionnels : 

Le Coteau des Treilles (Monopole), joyau du domaine Pithon-Paillé : un coteau de 3 hectares exposé plein Sud, abandonné après-guerre à cause de ses fortes pentes (30 à 70%). Il est situé dans un écrin de biodiversité, au sein d’une zone classée « Réserve Naturelle Régionale » (cogérée avec la LPO). 

Les Quarts de Chaume (Grand Cru) : 10 hectares d’un seul tenant (soit un quart de cette micro-appellation, la seule AOC classée « Grand Cru » de tout le Val de Loire), comprenant les parcelles historiques de l’appellation : « Les Quarts » et « Les Rouères », notamment. 

Le Clos des Ruchères (Savennières), objet du présent rachat : 45 ares d’un coteau abrupt, clos de murs et implanté sur de magnifiques schistes pourpres. Défriché et replanté il y a une dizaine d’années seulement, il est contigu à la zone d’appellation « Roche-aux- Moines ». 


ESPRIT « START-UP » ET VISION BOURGUIGNONNE 
C’est avec la même énergie qu’Ivan Massonnat a constitué une équipe jeune et passionnée,
comptant désormais 7 personnes, ayant toutes fait leurs armes auprès de domaines référents.

Le jeune winemaker, Adrien Moreau (24 ans), est fils d’agriculteurs du Val de Loire. Ingénieur Agronome et Œnologue de formation, il a bâti son expérience dans des domaines réputés (Cheval Blanc, Haut-Brion, Harlan Estate, Roederer). Très investi à ses cotés, Jo Pithon continue de faire profiter le Domaine de son expérience de vinificateur (40 millésimes au compteur) et de sa connaissance intime des terroirs de l’Anjou. 

Sur la partie vignoble, le chef de culture précédemment en place, Geoffroi Cocard (27 ans) a été rejoint par trois autres personnes. Parmi elles, un ancien du domaine Roc d’Anglade, Amaury Chartier (29 ans), sera entièrement dédié au Coteau des Treilles, avec pour mission de le travailler « comme un jardin ». L’équipe vignoble bénéficiera de l’accompagnement de Guy Bossard, pionnier de la Biodynamie en France et ancien propriétaire du Domaine de l’Ecu en Muscadet (certifié Bio dès 1972). 

L’équipe du Domaine Bel Argus, conjuguant jeunesse et expérience, a eu la chance de se fédérer autour du millésime 2018, déjà annoncé comme exceptionnel. 

Elle s’inscrira dans la vision bourguignonne chère à Ivan Massonnat : exprimer la quintessence des terroirs, à travers le prisme du parcellaire, grâce à des sols vivants et une biodiversité protégée. Un vaste plan de restructuration et d’investissement a été lancé, avec pour objectifs prioritaires le soin du matériel végétal et la précision apportée à chaque étape de la vinification. Le Domaine vise à être rapidement 100% certifié en Biodynamie. 

PITHON-PAILLE DEMEURE
A coté du Domaine détenu en propre, subsistera le négoce-artisan « Pithon-Paillé » créé par Jo Pithon il y a 10 ans. L’objectif est de compléter la gamme du Domaine avec les meilleurs terroirs ligériens, en appellations Bourgueil, Saumur-Champigny, Chinon ou Crémant de Loire. Les gammes seront bien distinctes et s’adresseront, à terme, à des marchés complémentaires.